3 novembre 2011

EVANGILE DU BON FRANCAIS = CONSTITUTION de 1791

          La notule sur le Catéchisme de Chaptal m'a remis en tête une autre association entre livre religieux et livre révolutionnaire.
          Il s'agit d'un exemplaire de la
Constitution française du 14 septembre 1791
CONSTITUTION FRANCAISE de 1791
publiée à Paris, chez Didot jeune en 1791. 
          C'est un petit in-16 (presque minuscule : 10 x 6 cm) de 160 pages,  imprimé fort joliement sur velin. 
          Petit format pour, peut-être, l'avoir en poche, prête à être dégainée à la moindre occasion.
          La reliure a dû être coquette, mais a un peu souffert.
         Mais voilà : cette reliure porte, en lettre d'or sur le premier plat cette surprenante (pour nous) inscription: 
EVANGILE DU BON FRANCAIS 
Constitution de 1791, Evangile du bon français
          Preuve redoublant celle fournie par le Catéchisme des Bons patriotes de Chaptal (1790) que le moule religieux de la pensée n'était pas brisé en 1790-1791.
          A vrai dire, cet exemplaire n'aurait rien à faire ici s'il ne portait, en page de garde, la signature de Jean Salze dont le précieux Dictionnaire de biographie héraultaise de Pierre Clerc nous apprend qu'après 50 ans passés dans la banque, il avait en 1810 ouvert une école de commerce à Montpellier. 
          Conclusion : Ceux qui, à ce moment là se considéraient comme des élites de la Nation (Chaptal le dit explicitement; Salze, banquier sous la royauté, la Révolution et l'Empire le pensait sans aucun doute) étaient farouchement partisans de réintégrer le peuple (la populace devaient-ils penser) des bons français et des bons patriotes dans les cadres sociaux et intellectuels du Christianisme. 
         Comme quoi une inscription, un nom sur un livre nous amènent un peu loin sur les sentiers de l'idéologie (ici fortement conservatrice).
Ex libris de Jean Salze, de Montpellier
    

Aucun commentaire: